Bien souvent nous ne prenons pas la peine de lire de nouveaux talents jusqu’à ce que ces derniers fassent définitivement leur preuve en devenant des auteurs qui bénéficient d’une plus grande visibilité, et ce, notamment après avoir publié plusieurs œuvres.

Essie Kelly , elle, semble avoir pris les choses en main, en mettant à profit les moyens de communication modernes que sont les réseaux sociaux. C’est grâce à facebook que j’ai entendu parler de son ouvrage pour la première fois . Puis j’ai découvert sa page de fans. Ce sont les extraits de son roman qu’elle a publié puis ses petites phrases très poétiques et imagées qui m’ont donné envie de lire Odwira.

J’ai donc commandé son roman. Je l’ai récupéré dans ma boîte aux lettres hier soir en rentrant. J’avais décidé de ne lire que quelques pages avant de dormir et finalement , n’ayant pu m’arrêter, je l’ai terminé le soir même.

Le livre nous captive dès la première page en raison de la qualité de l’écriture et des descriptions qui nous permettent dès le début de sentir de l’attachement ou de la répulsion pour les personnages. Comme un sinistre présage, les premières pages nous font réaliser qu’Odwira a eu une vie difficile et que la suite ne sera pas de tout repos. En effet, contrainte à arrêter ses études afin de travailler pour aider financièrement sa famille, la jeune fille sera projetée dans un monde où tout lui échappera. Livrée à elle-même; elle devra trouver la force de sortir de cet enfer, ne serait-ce qu’avec de simples échappatoires mentales.

À travers l’histoire d’Odwira, Essie Kelly souhaite nous faire plonger dans la réalité difficile des jeunes bonnes. Elle souhaite attirer notre attention sur la vie de ces filles, qui ne sont , parfois , que des enfants lorsqu’elles commencent ce travail , qu’elles l’aient décidé de leur plein gré ou non. Ces dernières, bien souvent livrées à elle-même subissent des abus en tout genre inhérents à leur méconnaissance de leurs droits non pas en tant que travailleuses, mais en tant qu’enfants.

L’auteur se sert de son roman pour attirer l’attention et sensibiliser son lecteur à d’autres problèmes et questions de société tels que la condition de la femme , la question du sida, de l’insalubrité et bien d’autres encore.

Au-delà de l’histoire difficile d’Odwira et des sujets graves qu’elle aborde, il m’était impossible de décrocher et ce d’autant plus qu’elle parle de lieux que je connais , d’habitudes que j’ai, car l’histoire se déroule dans la capitale ivoirienne. Ma partie préférée est sans aucun doute celle du marché. Je pense que toutes les Africaines qui liront cette partie, ne pourront s’empêcher de rire ou de sourire. Elle nous permet de “souffler un peu” , car l’histoire d’Odwira nous prend aux tripes.

J’ai hâte de lire la suite…

Affoh Guenneguez 

Blog : http://culturebony.blogspot.ca

Twitter : @AffohGnz

Odwira ou les écueils d’une vie de bonne ( Tome 1) – Essie Kelly

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>